Surcote

La surcote pour années supplémentaires à la durée minimum de cotisation à la retraite est un mécanisme d'incitations mis en place lors de la réforme des retraites par répartition en Europe pour inciter les salariés à partir plus tard à la retraite quand ils le peuvent,...



Catégories :

Retraite en France

Page(s) en rapport avec ce sujet :

  • ... Véritable bonus-malus de la retraite, les mécanismes de décote et de surcote ont pour but d'inciter les salariés à travailler plus longtemps... (source : dossierfamilial)
  • Perfectionner sa retraite. La décote et la surcote sont deux mécanismes qui ont pour... I. Le régime général, le régime des salariés agricoles et le régime des ... (source : retraite)

La surcote pour années supplémentaires à la durée minimum de cotisation à la retraite est un mécanisme d'incitations mis en place lors de la réforme des retraites par répartition en Europe pour inciter les salariés à partir plus tard à la retraite quand ils le peuvent, surtout les salariés disposant de qualifications particulièrement recherchées et d'une expérience précieuse dans leur entreprise ou leur profession. Il fait partie des systèmes phares de la Loi Fillon (retraites) de 2003[1], qui s'est inspirée d'expériences pratiquées dans d'autres pays européens.

Elle complète le mécanisme de décote pour années manquantes, développé en France dans le sillage de la Réforme Balladur des retraites de 1993 pour diminuer le coût des retraites et inciter les salariés à compléter leur retraite publique par des revenus issus des dispositifs de retraite par capitalisation, censés d'autre part contribuer au financement des entreprises sur le marché boursier. En France, jusqu'en 2003, la décote pour années manquantes à la durée minimum de cotisation à la retraite était de 10 % par année manquante dans le secteur privé[2].

Prenant conscience des inconvénients que cette innovation apportait sur le plan économique, les gouvernements ont créé aussi des surcotes pour années supplémentaires[3] et tenté de limiter les effets pervers des décotes, en commençant par faire converger les décotes appliquées aux pensions du secteur public et du secteur privé pour chaque année de cotisation manquante[4]. La Loi Fillon (retraites) de 2003 a par exemple aussi fixé un plafond maximum de décote à 25 %[5], les experts s'étant aperçus que la création d'une décote n'a pas suffi à inciter les salariés à cotiser plus longtemps, faute de trouver un emploi, et qu'elle a pénalisé les femmes ayant eu des carrières atypiques.

Références

  1. Analyse de la loi Fillon par Gilles Ribes, ancien dirigeant d'entreprise, sur le site de l'Association "Sauvegarde des retraites".
  2. http ://www. observatoire-retraites. org/index. php?id=122
  3. Analyse de la loi Fillon par Gilles Ribes, ancien dirigeant d'entreprise, sur le site de l'Association "Sauvegarde des retraites".
  4. http ://www. sauvegarde-retraites. org/article-retraite. php?n=129
  5. http ://www. cfecgc-ft-orange. org/ftsa/index. php?option=com_content&task=view&id=1147&Itemid=55

Recherche sur Amazon (livres) :



Principaux mots-clés de cette page : retraite - décote - salariés - entreprise - loi - fillon - manquantes - cotisation - inciter - 2003 - secteur - sauvegarde - php - surcote - supplémentaires - durée - minimum - mécanisme - réforme - expérience -

Ce texte est issu de l'encyclopédie Wikipedia. Vous pouvez consulter sa version originale dans cette encyclopédie à l'adresse http://fr.wikipedia.org/wiki/Surcote_(retraite_en_France).
Voir la liste des contributeurs.
La version présentée ici à été extraite depuis cette source le 17/12/2010.
Ce texte est disponible sous les termes de la licence de documentation libre GNU (GFDL).
La liste des définitions proposées en tête de page est une sélection parmi les résultats obtenus à l'aide de la commande "define:" de Google.
Cette page fait partie du projet Wikibis.
Accueil Recherche Aller au contenuDébut page
ContactContact ImprimerImprimer liens d'évitement et raccourcis clavierAccessibilité
Aller au menu